En effet, l'ISALS a récemment du prendre en compte le fait que le mot "seveunéveune" pour désigner le chiffre 7 est de moins en moins employé dans le langage courant Sbéquéen, les Sbéquéens utilisant de plus en plus le terme "seveuneupe", ainsi que d'autres vocables divers.

Il est nécessaire de rappeler dans un premier temps que "seveunéveune" tire son éthymologie d'une série TV de merde, Sept à la maison, labellée 7th heaven (Seventh heaven) en V.O. D'une part à cause de la médiocrité de la série, mais aussi à cause de la longueur du mot (certes négligeable devant des mots du type "petpeketwaliwaliwazet" ou "warklamoutititedidihihi"), et surtout depuis la naissance de Windaube 7, le mot "seveunéveune" est donc boudé par les Sbéquéens.

Son remplaçant officiel est donc depuis quelques mois déjà "seveuneupe", mot dont la source provient d'une boisson bien connue, le 7 up. L'ISALS reconnait une certaine logique dans l'utilisation de ce mot. Cédanldide, il est plus court, plus convivial, meilleur à boire, et surtout, il serait la suite logique du chiffre "sexe" (6), puisque le 7 up aurait des vertues aphrodisiaques.

Beureffe, l'ISALS, dans son rapport invisible, suggère d'organiser un référendum national pour connaître l'opinion des Sbéquéens parmi les différents termes proposés pour désigner le chiffre 7 :
- sevenéveune, c'est historique, on le garde !
- seveuneupe, c'est meuyeu !
- windaube, ce chiffre, c'est de la merde !
- lésamouraï, ben oui, ils étaient 7 !
- 2table, comme les sets... de table !
- jeu><match, c'est là que va le 7 !
- jèmzbondzérozéro, évidemment !

Une autre proposition suggère de banir le chiffre 7 et de passer directement de sexe à éitmaïlz....