Et bien la réponse est tout simplement que l'on m'a demandé expressément de rédiger un article ou deux sur LPPLN (Là, Pousse Plus Loin Norbert !) car ses deux rédacteurs principaux sont en mode "gros glandage". J'ai donc pris le premier thème qui me venait sous la main, et paf ! ça n'a pas fait des Chocapic, mais bien une mousse au chocolat (au lait), que je suis en train de manger.

Plus sérieusement, je vous parle de la mousse au chocolat car c'est un fléau qui devient de plus en plus redoutable dans notre monde. Plus dangereuse que les attentats-Céline-Dion (confer l'épisode 34 de ZSoZL, pour les non-initiés), plus dangereuse que les petits trous du culs de 15 ans des Ewues qui viennent détruire les portes des locaux de la Sbec Company (ça fera d'ailleurs sûrement l'objet d'un futur article), la mousse au chocolat, de part sa texture, sa couleur et toutes ses propriétés physiques, peut être utilisée comme arme de destruction massive.

La faible densité de la mousse au chocolat permet de l'utiliser en tant que projectile léger. Plus agréable à manier que la vraie merde, elle peut aussi être déclinée sous différentes formes, lorsque l'ont fait varier la couleur et la texture. De nombreux murs ont déjà été merdifiés à la mousse au chocolat, tandis que les fausses crottes-pétards en chocolat n'ont pas trouvé leur public.

Il est toutefois utile de noter que la propriété de chance de la merde - lorsque l'on marche dedans du pied gauche - semble être conservée. En effet, une étude poussée, sur près de 100 personnes, a montré que de marcher dans une mousse au chocolat du pied gauche entraîne juste un lavage de chaussure dans près de 80% des cas, alors que de marcher dedans du pied droit entraîne souvent une glissade et une visite à l'hôpital. Avec le pied droit, on constate 75% d'entorses de la cheville ou du genou (seulement 1% avec la gauche), 20% de fractures de la cheville ou du tibia, 9% de fractures du coccyx, et moins de 5% de déplacements de vertèbres. Les autres petits pourcents s'en sortent miraculeusement indemnes. Merci aux 97 volontaires qui nous ont permis de réaliser cette enquête.

Donc pour résumer : faites attention à la mousse au chocolat, c'est dangereux !

J.-C. D.