Un groupe de Sbéquéens, parti en excursion à la recherche de l'Edelweiss doré dans la montagne du Chevran (surplombant Cluses en Haute-Savoie) a fait une découverte fascinante ce week-end. Les faits nous sont rapportés par Jean-Cédric Dugland, membre de l'expédition :

- "Ben je me suis écarté du sentier pour aller pisser, et c'est là que j'ai trouvé les restes."

Jean-Cédric ne se pose pas de question et coure directement chercher ses camarades, sans se poser de question. Il les informe qu'il a trouvé des restes d'humains près du sentier, là où il voulait aller pisser. Sans se poser de question (putain, ils n'ont vraiment pas de cerveau), il rejoignent l'endroit indiqué par Jean-Cédric, qui ne s'était pas posé de question.

Le groupe ne peut que constater qu'il s'agit bien de restes d'humains. En effet, il semble impossible qu'une autre espèce animale ait pu cuisiner puis entamer un plat de pâtes, et laisser volontairement dans la nature leurs restes et leur couverts, là, tout près du sentier, où Jean-Cédric aurait tant voulu pisser.

Face à une telle situation, Jean-Cédric et ses amis ne se posent pas de question, et décident de finir les restes, bien que froids. Quand aux couverts et autres détritus laissés sur place avec les restes par le précédent groupe d'humains, Jean-Cédric, sans trop se poser de question, décide de les récupérer dans son sac, plutôt que de les laisser ici, polluant cet endroit où il voulait pisser.

- "J'espère seulement que la prochaine fois que je voudrais pisser en forêt, je ne tomberai pas sur d'autres restes d'humains !", déclara Jean-Cédric Dugland, sans se poser de question, au journaliste de LPPLN (Le Plus Poli Lapin Nain) présent pour cette découverte.