Notes de la personne qui transcripte ce texte depuis les vieux documents words des archives de la Sbec Company vers le site tout neuf tout beau de LPPLN (abrégé NDT par la suite) :
- Ce premier épisode est en fait un spin-off (2001) d'un autre de texte de Sébastien, Ze Trousse (La Vérité), qui est une auto-biographie. Cela explique les quelques allusions qui ne pourraient pas être comprises par le lecteur.
- Le mot "feinte" était très couramment utilisé à l'époque pour désigner toute blague ou tout jeu de mot, à l'instar du mot "vanne".
- Pour tout le reste, rappelez-vous que Ze Stori of Ze Laïf n'est composé à 90% que de private jokes, qui sont souvent difficile à comprendre pour toute personne qui n'est pas elle-même un personnage de l'histoire...



Préambule original (2001) : ''Cette histoire est inspirée de plusieurs faits réels. Attention ! Ce texte est bourré de feintes bidons et nuit gravement à la santé mentale.''


1 - L'excité du dimanche*



Le narrateur : Sébastien qui n’a rien à foutre comme tous les dimanches, décida de sortir.

Sébastien : Tiens ! Je n’ai rien à foutre comme tous les dimanches. Je décide de sortir.

Le narrateur : Il descendit les quatre étages de son immeuble.

Sébastien : Je descends les quatre étages.

Le narrateur : Non mais t’es lourd là … Je peux la raconter tout seul mon histoire.

Sébastien : D’accord… Vas-y… Puisque t’es si intelligent… Et puis d’abord, je suis moins lourd que toi. Je me suis pesé ce matin.

Le narrateur : Il descendit les étages, alla à la cave chercher son vélo puis il sortit de l’immeuble avec son vélo.

Sébastien : Eh ! Attends ! J’y pense… Ce texte n’a pas de titre !

Le narrateur : Ah oui, t’as raison… Que dirais-tu de « Sébastien, l’excité du dimanche » ?

Sébastien : Eh, c’est toi l’excité ! Moi, je m’excite que le samedi soir. Et puis, ça donne trop de renseignements au lecteur sur qui je suis vraiment…

Le narrateur : Remarque, je ne vais pas vérifier ce que tu fais le samedi ou dimanche quand tu as tenu à ce que je ne te suive pas.

Sébastien : Heureusement !

Le narrateur : Ouais …

Sébastien : N’insinue rien comme le font Loïc et Romain !

Romain : Quoi ? On m’a appelé ?

Loïc : Quoi ? On m’a appelé ?

Le narrateur : Hey ! Vous êtes qui vous les roses et verts ?

(NDT : Dans sa version première, le texte de ZsoZL était écrit en couleur. Les répliques de Romain étaient en bleu, et celles de Loïc en rouge.)

Romain : Moi, c’est Romain !

Le narrateur : En rose ?

Romain : Heu …

Sébastien : C’est bon, on a comprit…

Loïc : Moi, c’est Loïc, en vert …

Sébastien : Vert de trouille… La trouille de savoir tout ce qu’on a dire sûr lui.

Le narrateur : Y’a pas que sur lui…

Sébastien : Ouais …

Loïc : Ouais ! Moi aussi, j’ai des trucs à dire.

Romain : Moi aussi.

Sébastien : Ta gueule le rose.

Romain : La Tienn...

Sébastien : TA GUEULE !

Le narrateur : Je te conseille de la fermer Sébastien. Avec tout ce qu’on va dire, tu vas te retrouver dans la merde !

Loïc : Ouais, nous aussi, si on balance tout ce qu’on sait, t’es dans la merde.

Le narrateur : Hé Ho ! Revenons à l’histoire… Bon pour l’instant, je ne mets pas de titre et Sébastien tu la ferme !

Sébastien : Hé ! Je ne veux pas qu’ils connaissent la vérité !

Le narrateur : … Bâillonnez-le !

Sébastien : Mmmmh !

Le narrateur : Donc… cette histoire… Alors il sortit de l’immeuble avec son vélo. Il faisait beau dehors.

Romain : On s’en branle.

Le narrateur : … Loïc. Bâillonnes-le !

Romain : Mmmmh !

Le narrateur : Il faisait beau dehors. Le soleil brillait.

Loïc : Il a raison, qu’est ce qu’on en a à foutre ?

Le narrateur : S’il ne faisait pas beau, il ne sortirait pas.

Loïc : Peut-être que si.

Le narrateur : Ça à une importance capitale à l’endroit où il va.

Loïc : Sur M6 ?

Le narrateur : Kestudit ?

Loïc : Capital… Sur M6.

Le narrateur (sur un ton ironique) : Ha Ha Ha .

Loïc : Bé Bé Bé Cé Cé Cé Dé Dé Dé Heu Heu Heu Effe Effe Effe Ache…

Le narrateur : Gé.

Loïc : Quoi ?

Le narrateur : Après Effe, c’est Gé. Pas Ache. Le narrateur : Bon, continuons l’histoire… Il se dirigeait vers T***.

Loïc : Mais c’est loin ça ! Au moins à cinquante kilomètres !

Le narrateur : Non à dix et demi.

Loïc : C’est loin quand même.

Le narrateur : Non.

Loïc : Si.

Sébastien : Sur Cluses.

Romain : Bah ? T’es pas bâilloné toi ?

Sébastien : Si. Et toi ?

Romain : Aussi.

(le narrateur bâillonne everybody)

Le narrateur : Il se dirigeait vers T***, plus précisement à P***. Ce n’était pas loin pour lui car il avait son VTT turbo diesel sport injection (♫)… Heu… Scuzez-moi… J’m’emballe… Donc, ce n’était pas loin. Il pédalait sans arrêt, vers un but précis, pour nous encore inconnu. Durant son trajet, il fredonnait les airs de ses mixes, ce qui faisait tomber les avions, les oiseaux, ce qui faisait tomber les voitures du haut de la montagne. Bref, il avait toute la route pour lui (il a fait tomber everybody). Eh ! N’empêche… On sait qui c’est qui fait tomber les Airbus et Boeings d’American Airlines.

(NDT : Ce premier épisode a été écrit quelques semaines après le 11 septembre 2001.)

Un inconnu : Taaaadaaaaaaahhhh ! ! !

Le narrateur : Kitétoi ?

L'inconnu : Je suis venu délivrer everybody.

Le narrateur : Kiçah ?

L'inconnu : Tout le monde.

(d’un coup de sabre laser bleu-vert, l’inconnu rouge coupa les bâillons d’Everybody)

Romain : On va pouvoir se rebeller. (Romain sort son sabre laser rose)

Loïc : Ouais ! (Loïc sort son sabre laser vert)

Sébastien : Ouais ! (Sébastien sort son sabre laser bleu)

L'inconnu : Laissez ! C’est mon duel…

Romain : Ah ? (Romain range son sabre laser rose)

Loïc : Ah ? (Loïc range son sabre laser vert)

Sébastien : Ah ? (Sébastien range son sabre laser bleu)

L'inconnu : A nous deux, espèce de narrateur à la con.

Le narrateur : Mais… Tu ne vas pas me tuer ?

L'inconnu : J’vais m’gêner.

Romain : Pikatchoum capturé !

Loïc : B – 5

Sébastien : Coulé !

L'inconnu : Kesvoufaites ?

Romain : Bah… Je joue à tokédonf pour passer le temps.

Loïc : Bah… Je fais une bataille navale avec Romain pour passer le temps.

Sébastien : Bah… Pareil…

Le narrateur : Eh ! Ducon !

L'inconnu : Kwa ?

Le narrateur : ‘toute façon, tu peux pas m’tuer.

L'inconnu : Pourquoi ?

Le narrateur : Parce que…

(suspense)

Le narrateur : Luque, Je suis ton père…

L'inconnu : Anaquine ?

Le narrateur : Non, appelle moi Darque Va-dehors.

L'inconnu : Donc, t’es pas mon père.

(une lutte sans merci s’engage)

Merci : Eh non ! Je ne suis pas là !

L'inconnu : Arghhh !

(luque qui marche dans le ciel meurt)

Romain : Kwa ?

Loïc : Il a dit « luque qui marche dans le ciel meurt ».

Romain : Keskeçaveudire ?

Loïc : Aïe donte nowe !

Sébastien : Moi si ! Luque SkyWalker de Sky = Ciel et Walker = Marcheur.

Romain : Oh non ! Recommence pas avec ton anglais de merde.

Loïc : Eh attendez ! Keskifou ici Luque Skywalker ? On n’est pas dans Stare Warze !

Le narrateur : Non. On est dans « Sébastien, l’excité du dimanche ».

Sébastien : Ta gueule.

Le narrateur : Bâillonez-le !

Sébastien : Mmmmh !

Le narrateur : J’ai plus rien à dire.

(longue attente).

Sébastien : Ça y est ! J’ai une blague. Je l’ai lue dans Q.I. hier !

Loïc : T’es pas bâilloné ?

Sébastien : Si… Mais laisse-moi s’te plais ! Juste le temps de ma feinte.

Loïc : Bon…

Sébastien : Alors c’est Pikatchoum et Quart-de-Puce qui se promène dans la forêt de Jhadyelle. Quart-de-Puce eu envie de pisser. Il le fit dans un ruisseau le long du chemin. Pikatchoum eu envie de faire une blague à Quart-de-Puce. Il envoya une attaque « éclair » dans le ruisseau.

Romain : Et alors ?

Sébastien : He bah alors, Quart-de-Puce il a été électrocuté.

Romain : Aaaaaaaaa

(Romain n’a toujours pas compris la feinte)

Loïc : Bon retourne dans ton bâillon toi.

Sébastien : D’accord… (…) Mmmmh !

(l’auteur qui n’a rien à foutre lui non plus décida de lancer un éclair dans la gueule à Romain)

Romain : Argh !

Loïc : Ils ont tuer Kenn… Heu… Je veux dire Romain.

L'inconnu : Bande d’enfoirés !

Loïc : Bah, t’es pas mort toi ?

L'inconnu : Ah si, mince ! Excuse-moi. J’y retourne…

Le narrateur : Eh les gars !

Loïc : Oui ?

Romain : Oui ?

Sébastien : Oui ?

L'inconnu : Oui ?

Le narrateur : Je peux finir mon histoire ?

Loïc : Non !

Romain : Non !

Sébastien : Non !

L'inconnu : Non !

Le narrateur : Pourquoi ?

Loïc : Elle est pourrie ton histoire.

Romain : Elle fait pitié ton histoire.

Sébastien : C’est pas la vérité ton histoire.

L'inconnu : Elle parle pas de moi ton histoire, Darque Va-dehors.

(un missile tombe sur les quatre pignouffes (après tout, l’auteur fait ce qu’il veut c’est son récit))

Le narrateur : Merci l’auteur !

L'auteur : De rien.

Le narrateur : Un auteur qui parle ! C’est un miracle !

(un deuxième missile tombe sur le narrateur (l’auteur fait toujours ce qu’il veut))

L'auteur : Je déteste les cons.

(l’auteur cède la narration à un nouveau con)

Le second narrateur à la con : C’est moi qui vais donc vous raconter cette histoire.

(sonnerie de téléphone)

Le second narrateur à la con : Allo ?

Sébastien : Allo !

Le second narrateur à la con : Céki ?

Sébastien : Cémoi !

(jingle : mon chocolat à moi cémoi ! ♫)

Le second narrateur à la con : Cékicémoi ?

Sébastien : Yojotonomitsubishi&yamakasi !

Le second narrateur à la con : Quoi ?

Sébastien : Ben tu parle japonais, moi aussi !

(jingle : mégavanne)

Le second narrateur à la con : Sans rire, c’est qui ?

Sébastien : Bah réfléchi ! Kisékékri en bleu ?

Le second narrateur à la con : Ah Sébastien, c’est toi ?

Sébastien : Non, c’est la reine d’Angleterre… Je t’appelle parce que je veux te dire que tu pues des pieds.

Le second narrateur à la con : C’est tout ?

Sébastien : Bah oui.

Le second narrateur à la con : Ah ?

Sébastien : Joue le jeu, t’es sur Feune Rha dit « Ho ».

(jingle : Perdu !)

(un certain Makce prend la parole)

Makce : Non, mais t’es con dj séb ™ ! Il ne fallait pas lui dire. Il fallait lui faire croire pendant une minute que tu détestais l’odeur de ses pieds et tu n’as pas réussi ! Il ne te restait que 49 secondes ! Alors cher narrateur si tu ne l’as pas compris, tu es en direct sur Feune et dj séb ™ jouait au dakoupadake et à répondu « dak » à la proposition « on appelle un de tes amis et tu dois lui faire croire qu’il pue vraiment des pieds ». Il devait donc te faire croire que tu puais des pieds et n’as tenu que onze secondes. Il restait à dj séb ™ 49 secondes à tenir pour gagner un om’cinéma + un lecteure dévédé + trois portabeules noquia 700-42-10-b737airbusA380 + le numéro des kokine de Makce + la possibilité de rejouer + un ordinateure ach’pé + un apareï’foto’numérike + tout ce qui a dans la couscousière à Arthur + les albums de Daddy DJ, Daft Punk, Modjo + toutes les compil’ de son choix (…) et tout ça, il ne l’a pas eu à cause de toi parce que t’es trop con, encore plus que Romain et Manu Levy réunis.

(Makce reprend sa respiration)

Le second narrateur à la con : C’est toi le con.

Makce : Pourquoi ?

Le second narrateur à la con : Pour croire Sébastien quand il dit qu’il est DJ, faut être vraiment très (très très) con.

(Makce raccroche)

Le second narrateur à la con : Je reprends donc le cours de mon histoire…

(l’auteur envoie un missile sur le nouveau narrateur (parce qu’il aime pas les gens qui se foutent de la gueule de Makce)

L'auteur : Tiens, prends ça !

Le second narrateur à la con : Argh !

(l’auteur rappelle l’autre con de narrateur #1 qui vient de sortir de l’hôpital)

Le premier narrateur : Ha. Ça fait plaisir de retrouver son emploi.

L'auteur : vraiment trop con celui-là… mais je n’ai plus de narrateurs de rechange.

Le premier narrateur : Je vais donc continuer l’histoire de Sébastien dimanche dernier…

Sébastien : Et notre émission ce termine donc…

Romain : Quelle émission ?

Loïc : Laisse tomber… C’est un prétexte pour ne pas que l’on sache la vérité.

Sébastien : Vos gueules les deux moisis du cerveau. Notre émission se termine donc et nous vous laissons en musique avec dj séb™ et c’est juste après ce jingle de fin d’émission.

(L'émission se termine donc... Le narrateur pourra-t-il en placer une ? Romain et Loïc se vengeront-ils des insultes de dj séb™ ? Ce passera-t-il enfin quelque chose de bien dans cette émission à la con ? Vous le saurez dans Ze Stori of Ze Laïf - le retour…)

Musique : zouip♪zouip;

Un pingouin : aaaaaaahhhhhaaaaahhhaspouitch !

Musique : Boum♫Boum♪Boum(…)BoumBoum

dj séb™ : J’ai lâché mon pingouin du haut de la montagne, ♫il est tombé dans une rivière, ♪il ne savait pas nager,(etc… pour ce qui connaissent la chanson)...

Publicité : Vous pouvez vous procurer tous les albums de dj séb™ dans les boutiques Sbec Shop !


'*NDT : Le texte n'avait initialement pas de titre.